Waterkeepers Autour du monde Combattre le changement climatique - Waterkeeper

Waterkeepers Partout dans le monde Combattre le changement climatique

Écrit par: Waterkeeper Alliance

Les rapports récents selon lesquels le niveau de dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre a dépassé les 400 parties par million, le niveau le plus élevé depuis plus de 300 millions d'années, ont surpris de nombreuses personnes. Mais les femmes et les hommes du monde plus de 270 Waterkeeper les organisations n’en faisaient pas partie. Waterkeepers en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe, en Afrique, en Asie et en Australie sont en première ligne de la crise environnementale mondiale, menant la lutte contre les projets de combustibles fossiles malavisés et destructeurs qui sont les principaux responsables des concentrations dangereusement croissantes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Ces défis existent partout, dans divers écosystèmes, et les impacts du changement climatique sont dévastateurs dans de nombreux endroits. Voici quelques-uns des témoignages les plus convaincants de Waterkeepers sur six continents.

ASIE
AFRIQUE
AUSTRALIE
CARAÏBES
AMÉRIQUE DU NORD
AMÉRIQUE DU SUD
L'EUROPE

ASIE

Buriganga Riverkeeper, Bangladesh: Les effets de la migration climatique à Dhaka

buriganga, changement climatique
Photo gracieuseté de Sharif Jamil.

D'ici la fin du siècle, 15 millions de personnes devraient être sans terre et déplacées en raison du changement climatique au Bangladesh, qui n'est qu'à 20 pieds au-dessus du niveau de la mer. Chaque année, quelque 500,000 3.5 personnes viennent à Dhaka, migrant de leurs foyers et de leurs moyens de subsistance en raison des fréquentes inondations, des sécheresses extrêmes et des tempêtes catastrophiques qui détruisent les champs de riz et d'autres cultures qui ont soutenu leurs villages pendant des générations. Dans une ville estimée à 40 millions d'habitants, XNUMX% des habitants de Dhaka vivent dans les bidonvilles, qui se développent rapidement le long des rives de la rivière Buriganga, et un grand nombre de réfugiés climatiques vivent désormais sur la rivière elle-même.

«L'eau du Buriganga est comme du poison. Chaque jour, les déchets non traités de plus de 200 opérations de tannerie le long de la Buriganga sont rejetés dans la rivière, ainsi que les déchets médicaux non traités et les déchets d'usines textiles. Il n'y a pas d'oxygène dissous pendant l'hiver. Pas de vie aquatique. Des inondations et des tempêtes plus nombreuses contribuent également à la transformation de la rivière en un énorme drain. Les gens contractent de nombreux types de maladies et meurent à cause de leur dépendance à l'eau polluée du fleuve. J'ai organisé un mouvement populaire contre les empiétements illégaux et la pollution par les opérations industrielles et j'ai même réussi à amener le gouvernement à former un groupe de travail spécial pour protéger les rivières autour de la ville de Dhaka, y compris le Buriganga. Mais ensuite, il y a eu un changement de gouvernement et l'effort s'est arrêté. Cependant, nous continuons à lutter contre les empiétements et la terrible pollution du fleuve. À l'heure actuelle, nous élaborons un plan d'action solide sur plusieurs fronts que nous mettrons en œuvre au cours de l'année à venir. »- Sharif Jamil, Buriganga Riverkeeper, Dhaka, Bangladesh

Glacier himalayen Waterkeeper: Conditions météorologiques extrêmes dans la région glaciaire la plus importante du monde

Himalaya-Glacier-Waterkeeper_Changement climatique
Photo gracieuseté de Himalayan Glacier Waterkeeper.

Les glaciers himalayens, qui fournissent de l'eau douce à près de la moitié de la population mondiale, sont menacés par la pollution et le changement climatique. La fonte rapide des glaciers et les événements météorologiques extrêmes connus sous le nom de «nuages» ou de «tsunamis himalayens» ont entraîné des crues soudaines qui ont dévasté les communautés en aval. De plus en plus, glacier himalayen Waterkeeper, basée au Ladakh, en Inde, doit répondre à ces catastrophes climatiques qui anéantissent les maisons, les fermes et le bétail. En septembre 2014, des crues soudaines ont maintenu le glacier de l'Himalaya Waterkeeper d'avoir rejoint plus de 100 membres de Waterkeeper Alliance lors de la Marche populaire pour le climat à New York et en août dernier, des pluies incessantes et des crues soudaines ont endommagé les cultures d'été et les écoles.

«Au cours des 10 à 12 dernières années, différents coins du Ladakh ont été touchés. Dans certains endroits, il y a une pénurie d'eau extrême et dans d'autres endroits, des inondations extrêmes. Il neige quand il ne devrait pas. Il ne pleut pas quand il le faut. Tout dans le climat du Ladakh a été bouleversé. Nous avons travaillé dur pour aider les villageois à reconstruire leurs communautés après la dévastation des inondations. Nous avons également organisé des événements massifs de plantation d'arbres comme protection contre les futures catastrophes climatiques. » - Padma Tashi, glacier himalayen Waterkeeper, Ladakh, Inde

Rivière Mahanadi Waterkeeper: Mer montante, villages disparus et espoirs qui s'estompent

Rivière Mahanadi Waterkeeper Rising Sea - Baie du Bengale - 3_ Ranjan
Photo gracieuseté de Ranjan Panda.

L'élévation du niveau de la mer dans le golfe du Bengale est désormais une réalité horrible, en particulier sur les côtes de l'Odisha dans la région de Satabhaya, où la mer aurait pénétré à l'intérieur des terres à 2.5 kilomètres au cours des 15 dernières années. Dans une région, où il y avait autrefois sept villages, il y en a maintenant un à cause de l'invasion de la mer, et les 1,000 XNUMX habitants restants doivent vivre avec la crainte que cela finisse par les inonder et mettre fin à leur lutte pour survivre.

«Le golfe du Bengale est le plus vulnérable aux impacts du changement climatique, et les gens ici sont de plus en plus impuissants à faire face aux catastrophes. Il est grand temps que les négociations mondiales s'engagent fermement à arrêter le changement climatique et à aider les pauvres à élaborer des stratégies pour faire face à ses effets. Rivière Mahanadi Waterkeeper a été en contact constant avec les communautés qui ont été déplacées et avec celle qui reste, plaidant à la fois dans les médias et directement auprès du gouvernement pour un soutien et une réhabilitation appropriés. Nous avons également travaillé avec d'autres groupes locaux de la société civile pour développer des solutions locales à l'élévation du niveau de la mer, telles que la régénération des forêts de mangrove, et exigeant que le gouvernement, aux niveaux local et étatique, intensifie et s'engage dans ce travail. " - Ranjan Panda, rivière Mahanadi Waterkeeper, Orissa, Inde

Rivière Tuul Waterkeeper: Impact du changement climatique sur la Mongolie sans littoral

le changement climatique
Photo gracieuseté de Tuul Riverkeeper.

La sécheresse a considérablement augmenté en Mongolie au cours des dernières décennies et s'est rapidement aggravée. Les pires sécheresses ont eu lieu au cours des étés consécutifs de 1999, 2000, 2001 et 2002, qui ont touché de 50 à 70% du territoire. Au cours des dernières années, environ 3,000 680 sources d'eau, dont 760 rivières et XNUMX lacs, se sont asséchées et la végétation a considérablement diminué. Cette dégradation, à son tour, a affecté le niveau de production primaire de végétation / plantes, qui soutient le bétail ainsi que les populations humaines.

«De nombreuses personnes de la campagne migrent vers la ville pour rechercher de meilleures conditions et de meilleures opportunités. Alors que de plus en plus de gens viennent dans la ville et que de plus en plus d'entreprises se développent, il y a une demande croissante de ressources en eau, que le changement climatique rend plus rare. Face à cette crise, nous essayons d'éduquer les gens à utiliser notre eau de manière plus durable et plus efficace. » - Javzansuren Norvanchig, rivière Tuul Waterkeeper, Oulan-Bator, Mongolie

Rivière Qiantang Waterkeeper: À Hangzhou, demain se passe aujourd'hui

Rivière Qiantang Waterkeeper-Laboratoire Eau-Avenir
Photo gracieuseté de la rivière Qiantang Waterkeeper.

Il y a sept cents ans, Marco Polo a visité Hangzhou et a été surpris par sa beauté. Il l'a décrite comme «la Cité du Ciel». Cette beauté est maintenant sous la menace de fréquentes catastrophes climatiques et de conditions météorologiques extrêmes. Au cours des dix dernières années, les températures moyennes de Hangzhou ont augmenté de 28 degré Celsius, et des typhons et de violentes tempêtes de pluie balayent la ville avec une fréquence beaucoup plus grande, menaçant ses six millions d'habitants.

«Depuis 2002, la rivière Qiantang Waterkeeper a sensibilisé les citoyens au changement climatique à travers diverses activités, allant de l'encouragement à l'utilisation d'ampoules fluocompactes à économie d'énergie à la création de 12 `` Water-Future Labs '', dans lesquels des écoles élémentaires sélectionnées acceptent d'incorporer des cours sur l'environnement dans leurs programmes, dans la rivière Qiantang. Bassin versant. «Au niveau local, j'ai pu convaincre la chaîne de télévision d'État de présenter un forum sur la réduction de l'utilisation du charbon à Hangzhou. L'émission présentait des météorologues, des écologistes et des fonctionnaires du bureau national de protection de l'environnement, ainsi que des représentants de la communauté et des entreprises locales dans une discussion ouverte sur la lutte contre la pollution de l'air dans la ville. Sur le plan international, je transmets le message de ce que nous faisons au Zhejiang dans des conférences et des forums à travers le monde. En réponse au changement climatique, demain est aujourd'hui. Nous avons besoin que tout le monde s'implique dans ce dossier. - Xin Hao, rivière Qiantang Waterkeeper, Hangzhou, Chine

Haut Tigre Waterkeeper: Sécheresse extrême au Moyen-Orient

Haut-Tigre-Waterkeeper-Changement climatique
Photo gracieuseté d'Upper Tigris Waterkeeper.

La perte continue d'eau dans les bassins du Tigre et de l'Euphrate rend cette région sèche plus sujette à des sécheresses et tempêtes de poussière fréquentes et sévères. L'été dernier a été le plus sec que les marais mésopotamiens aient vu, et de nombreuses personnes ont été forcées de migrer parce qu'elles ne pouvaient tout simplement pas survivre dans la région. Il n'y a pas encore eu de guerre de l'eau pure et simple en Irak, bien qu'il soit largement admis que le conflit syrien a été déclenché par une sécheresse en 2007. De graves affrontements au sujet de l'eau dans une région déjà déchirée par le conflit sont inévitables.

«Nous devons tous assumer la responsabilité dans nos positions pour lutter contre les impacts du changement climatique. Peu importe où nous vivons et où nous sommes sur cette planète, nous devons agir maintenant. » - Nabil Musa, Haut Tigre Waterkeeper, Kurdistan, Irak

AFRIQUE

 

Hann Baykeeper: Les tempêtes et la mer revendiquent des villages de pêcheurs traditionnels au Sénégal

Hann-Baykeeper-Changement climatique
Photo gracieuseté de Hann Baykeeper.

La baie de Hann, juste au sud de la capitale Dakar, était autrefois l'une des plus belles plages du Sénégal, avec des eaux calmes et claires, des plages de sable blanc et des centaines de bateaux de pêche traditionnels. Mais tout cela a disparu. Au cours des deux dernières décennies, la mer a avancé de 300 mètres et des centaines de personnes ont été forcées de quitter leurs maisons. En août dernier, un puissant ouragan a créé de fortes vagues et une montée de l'eau de mer qui s'est écrasée sur la baie de Hann, détruisant des bateaux de pêche et laissant des centaines de familles sans abri. Alors que cette dévastation se produit, le Sénégal, un pays riche en potentiel de projets d'énergie solaire, prévoit de construire 11 centrales au charbon.

«Nous ne voulons pas que le gouvernement accueille simplement les gens dans les écoles et leur donne de la nourriture. Ce que nous voulons, c'est une solution durable au changement climatique. C'est pourquoi Hann Baykeeper est à l'avant-garde d'une campagne nationale visant à arrêter la construction de centrales électriques au charbon. Nous avons déjà réussi à arrêter une usine proposée et nous nous engageons à poursuivre la campagne contre les projets de combustibles fossiles qui menacent notre avenir. » - Mbacke Seck, Hann Baykeeper, Dakar, Sénégal (En novembre, Mbacke Seck a reçu le premier prix environnemental du Sénégal, le Trophée vert de l'environnement, pour son leadership au niveau national dans le plaidoyer pour la protection de l'environnement.)

Kenya Lac Victoria Waterkeeper: Un conflit sur la diminution des ressources en eau sur le plus grand lac d'Afrique

Le lac Victoria, le plus grand lac d'eau douce d'Afrique, se rétrécit. L'habitat essentiel des zones humides de papyrus et les stocks de poissons sont en déclin. Les barrages hydroélectriques et la mauvaise gestion des ressources en eau contribuent à l'augmentation des températures et à la variabilité du climat. Les pêcheries du lac Victoria emploient plus de trois millions de personnes au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie, et ces conditions changeantes et le conflit concernant leur accès à l'eau menacent leurs moyens de subsistance et leurs vies.

«Les gouvernements nationaux et locaux du Kenya et de la région du lac Victoria doivent investir dès maintenant dans des mesures d'adaptation au changement climatique afin de limiter les conflits de pêche.» - Leonard Akwany, Kenya Lac Victoria Waterkeeper, Plage de Dunga, Kisumu, Kenya

AUSTRALIE

 

Port-Philippe Baykeeper: Compression côtière

Port Phillip Bay, près de Melbourne, en Australie, est dans une «compression côtière», sa zone côtière terrestre étant prise entre l'infrastructure urbaine et l'élévation du niveau de la mer. Le gouvernement de l'État de Victoria s'attend à ce que le niveau de la mer augmente de 800 millimètres d'ici 2100, mais le changement climatique masque également les impacts du développement qui contribuent à l'érosion côtière. L'approfondissement du chenal de navigation à Port Phillip Heads, par exemple, a provoqué des courants de marée et des ondes de tempête plus forts.

«Il y en a encore qui veulent argumenter sur le fait que le changement climatique est dû à des causes naturelles ou anthropiques, alors que c'est évidemment un peu des deux. Le point est: qu'allons-nous faire à ce sujet; et, qui devra payer pour cela? - Neil Blake, Port Phillip Baykeeper, Port Phillip, Australie

CARAÏBES

Waterkeepers Bahamas: le sort d'une petite nation insulaire

Les côtes des Bahamas ont été gravement érodées par les effets du changement climatique. Cette petite nation insulaire a été rendue vulnérable aux ondes de tempête et à l'élévation du niveau de la mer, alors que les barrières naturelles telles que les récifs coralliens et les mangroves côtières sont détruites. Les Bahamas, une nation de 700 îles et 2,400 cayes, ou récifs coralliens, pourraient perdre 80% de leurs terres au cours de ce siècle en raison du changement climatique. Le suivi et la planification de l'adaptation sont désormais indispensables.

«Le sujet du changement climatique aux Bahamas va au-delà du choix des énergies renouvelables ou de la réduction des émissions de gaz à effet de serre; il s'agit de la sécurité de notre culture, de notre patrimoine et de notre existence continue. - Vanessa Haley-Benjamin, directrice générale, Waterkeepers Bahamas, Nassau, Bahamas

AMÉRIQUE DU NORD

 

Californie Coastkeeper Alliance: la sécheresse dessèche la huitième plus grande économie du monde

CA Coastkeeper Photo
Photo gracieuseté de la Californie Coastkeeper Alliance.

Le changement climatique modifie considérablement la côte, les baies, l'océan, les rivières et les bassins souterrains de la Californie. L'élévation du niveau de la mer, l'acidification des océans et une sécheresse fulgurante menacent la viabilité des eaux qui soutiennent les communautés, la faune, l'économie et la qualité de vie de l'État. Les modèles de changement climatique suggèrent des sécheresses et des inondations plus fréquentes et plus graves au fil du temps.

«Le changement climatique transforme toutes les facettes des eaux californiennes: la chimie de notre océan, le caractère de notre littoral et la fréquence et l'intensité des pluies qui tombent de notre ciel. Nous devons être innovants, ciblés et agressifs pour transformer la façon dont nous gérons et protégeons notre eau. » - Sara Aminzadeh, directrice générale, Californie Coastkeeper Alliance, San Fransisco

Casque Baykeeper: Acidification dans le Maine - Ça craint d'être une palourde

Nos eaux côtières deviennent de plus en plus acides en raison de la pollution par le dioxyde de carbone et l'azote. Les palourdes, les moules et autres crustacés ont plus de difficulté à construire et à entretenir leurs coquilles. Les Amis de Casco Bay ont placé des bébés palourdes élevés en écloserie dans une vasière dont le pH était très bas, c'est-à-dire une acidité élevée. Toutes les palourdes ont montré des signes évidents de piqûres - formation de trous microscopiques qui affaiblissent les coquilles, provoquant des maladies et des taux de mortalité élevés.

«Casco Bay évolue plus vite que nous n'aurions pu l'imaginer. Nous travaillons avec des clammers et des scientifiques locaux pour trouver des moyens de tamponner les vasières en répandant de vieilles coquilles de palourdes et d'huîtres, car le carbonate de calcium dans les coquilles contribue à augmenter le pH et à réduire l'acidité. La solution à long terme est que nous devons tous réduire notre utilisation de combustibles fossiles et d'engrais. » - Cathy L. Ramsdell, directrice générale, Casco Baykeeper, South Portland, Maine

Choctawhatchee Riverkeeper: Souffrant de sécheresse et d'inondations

Choctawhatchee Riverkeeper
Photo gracieuseté de Choctawhatchee Riverkeeper.

Les conditions météorologiques en Alabama ont sensiblement changé au cours des dernières décennies, au cours desquelles le bassin de la rivière Choctawhatchee a connu cinq sécheresses extraordinaires, soit plus du double du nombre de sécheresses graves entre les années 1930 et 1980. Les sécheresses accentuent le stress sur les cours d'eau déjà stressés, affectant la qualité de l'eau et mettant en danger des espèces, notamment de nombreuses espèces de moules et l'esturgeon du Golfe. Le bassin connaît également des inondations destructrices de plus en plus fréquentes qui ne sont généralement pas associées aux systèmes de tempêtes tropicales.

«La fréquence et la gravité croissantes de la sécheresse ne feront que s'intensifier, tout comme la fréquence des grandes tempêtes destructrices. Nous devons nous exprimer et exiger que nos communautés et nos États entreprennent de sérieux efforts d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques. » - Michael Mullen, Choctawhatchee Riverkeeper, Troie, Alabama

Choptank Riverkeeper: Un paysage en mutation - Érosion et transport des sédiments dans le Chesapeake

ChoptankRiverkeeper
Photo gracieuseté de Choptank Riverkeeper.

La baie de Chesapeake et ses affluents sont gravement altérés par le changement climatique. Avec l'élévation du niveau de la mer et des tempêtes plus fréquentes et plus intenses, l'érosion a augmenté et les inondations ont modifié le transport naturel des nutriments et des sédiments dans les ruisseaux et les rivières qui alimentent la baie. À mesure que les terres basses et affaissées de la côte est de la baie s'érodent et que moins de sédiments sont déposés pour les reconstituer, le paysage naturel change rapidement.

«Le changement climatique transforme tous les aspects de la rivière Choptank et de la baie de Chesapeake, des terres qui les entourent à l'eau qui les traverse. En tant que gestionnaires des ressources et gardiens de nos terres et de nos eaux, nous devons adapter nos stratégies de gestion pour lutter de manière innovante et ingénieuse contre les impacts et éliminer le problème. - Matt Pluta, Choptank Riverkeeper, Easton, Maryland

Grandiose Riverkeeper: Fracking ce qui reste de l'eau de l'Oklahoma

Les événements météorologiques extrêmes dans l'Oklahoma ont provoqué des baisses des eaux souterraines, la principale ressource potable et d'irrigation de l'État. Les eaux souterraines sont également le principal ingrédient de l'industrie de la fracturation hydraulique dans sa technique d'extraction, qui nécessite un à quatre millions de gallons par travail. La principale zone de fracturation du schiste est la partie centre-nord de l'État, qui a connu la pire sécheresse de cette décennie. Les eaux usées du processus commencent à apparaître dans les puits ruraux privés de cette région, ce qui indique que les eaux usées se trouvent dans les eaux souterraines et pourraient à un moment donné contaminer les cours d'eau. La sécheresse de l'Oklahoma devrait se poursuivre indéfiniment.

«Même du côté le plus humide de l'État, l'eau est désormais une prime et fait l'objet de batailles. Pendant tout ce temps, il est contaminé par ceux qui le veulent pour le pétrole. Ce problème est exacerbé par le changement climatique et ne fera qu'empirer. » - Earl Hatley, grand Riverkeeper, Vinta, Oklahoma

Bas Mississippi Riverkeeper: Tempêtes intenses et zones humides en voie de disparition dans le delta

Le delta du Mississippi est en crise. L'intensité et la fréquence des ouragans ont augmenté au cours des dernières décennies, une tendance qui se poursuivra alors que la surface de l'océan continue de se réchauffer. L'année dernière, la National Oceanic and Atmospheric Administration a supprimé 40 noms de lieux des cartes du sud-est de la Louisiane parce que ces lieux n'existent plus, sauf dans la mémoire des résidents côtiers qui ont vu la terre disparaître au cours de leur vie. La région métropolitaine de la Nouvelle-Orléans n'a plus qu'une fraction des zones humides protectrices qu'elle possédait il y a 100 ans.

«La Louisiane est aux premières lignes du changement climatique. La montée des mers submergera nos côtes et nos efforts de restauration côtière, et nos communautés seront de plus en plus vulnérables aux ouragans plus violents. Pendant ce temps, nos politiciens déploient le tapis de bienvenue et subventionnent des sociétés internationales géantes de combustibles fossiles qui considèrent la Louisiane comme le dernier endroit du pays à les tolérer. - Paul Orr, Bas Mississippi Riverkeeper, Baton Rouge, Louisiane

Miami Waterkeeper: La montée du niveau de la mer et les tempêtes menacent les infrastructures de la ville

Miami-Waterkeeper-Rickenbacker-Causeway-photo-par-Evan-D'Alessandro-
Photo gracieuseté d'Evan D'Alessandro.

Miami a la quatrième plus grande population du monde vulnérable à l'élévation du niveau de la mer. Les projections du changement climatique suggèrent fortement que l'élévation du niveau de la mer, associée aux ouragans et à d'autres événements météorologiques extrêmes, aggravera les inondations et les inondations. Une nouvelle étude prévoit que la valeur de la propriété privée sur les côtes de Floride qui sera inondée à marée haute pourrait grimper de 4 milliards de dollars d'ici 69. Miami, l'une des villes à la croissance la plus rapide du pays, doit trouver un équilibre entre une croissance durable et un environnement adéquat. protections.

«Miami est le point zéro pour les impacts de l'élévation du niveau de la mer et les événements météorologiques extrêmes aux États-Unis. Nous devons changer le cours actuel de développement, de destruction et de pavage des rivages et des zones humides qui servent de tampons naturels aux impacts climatiques.» - Rachel Silverstein, Miami Waterkeeper, Miami, Floride

Milwaukee Riverkeeper: Les Grands Lacs gravement menacés

Vue aérienne des Grands Lacs
Les grands Lacs

Les Grands Lacs contiennent 20 pour cent de l'eau douce de surface de la planète, fournissent de l'eau potable à 40 millions d'Américains et de Canadiens et font partie intégrante de nos moyens de subsistance économiques et de notre qualité de vie. Alors que les niveaux des océans devraient augmenter avec le changement climatique, principalement en raison de la fonte des glaces, les niveaux d'eau des Grands Lacs devraient baisser, en raison de l'augmentation de l'évaporation causée par la hausse des températures de l'eau en été et la baisse des niveaux de glace en hiver. Les niveaux d'eau des lacs Michigan et Huron devraient baisser d'un à deux pieds d'ici la fin du siècle, et le lac Érié pourrait chuter de plus de quatre pieds. À moins que des mesures ne soient prises, le changement climatique devrait également causer des conditions météorologiques beaucoup plus extrêmes, ce qui menace notre infrastructure hydrique existante et contribue à un risque accru d'inondations, à une augmentation du ruissellement des polluants et à une aggravation des proliférations d'algues nuisibles comme la prolifération toxique dans le lac Érié. qui a fermé l'approvisionnement en eau potable du grand Toledo, dans l'Ohio, en 2014.

«Les Grands Lacs d'Amérique du Nord sont l'une des merveilles les plus étonnantes du monde. Ils pourraient bien s'appeler `` les très grands lacs '', et les défis auxquels sont confrontés les 11 Waterkeeper organisations dédiées à leur préservation et à leur protection. Grands Lacs Waterkeepers mènent la charge d'une meilleure planification dans nos collectivités afin de rendre nos rivières, lacs et collectivités affluents plus résistants aux changements climatiques. Nous préconisons vivement d'investir davantage dans l'infrastructure et la restauration des Grands Lacs et pour une législation plus stricte pour protéger les Grands Lacs contre les menaces émergentes, telles que les proliférations d'algues toxiques et les expéditions de pétrole. Waterkeepers travaillent également d'arrache-pied pour protéger et restaurer les rives, les plaines inondables et les habitats des terres humides afin de rendre notre région adaptable à des tempêtes plus volatiles qui affectent la qualité de l'eau, les poissons et la vie aquatique. Et nous organisons l'opposition pour arrêter le mouvement des sables bitumineux et du pétrole brut Bakken sur nos Grands Lacs ou à travers nos bassins versants. - Cheryl Nenn, Milwaukee Riverkeeper, Milwaukee, Wisconsin.

Cook Inletkeeper: Le réchauffement des températures des ruisseaux est stressant pour le saumon

Cuisinier Inletkeeper
Photo gracieuseté de Cook Inletkeeper.

La température moyenne de l'air en Alaska a augmenté de 4 ° F au cours des 50 dernières années et les températures hivernales ont grimpé de 7 à 10 ° F, ce qui a conduit les grands journaux tels que USA Today à qualifier l'Alaska d '«état d'affiche» du changement climatique aux États-Unis. À Cook Inlet, les effets du changement climatique ont été particulièrement prononcés: une épidémie massive de dendroctone de l'épinette, de plusieurs inondations centenaires et des tendances alarmantes au réchauffement des cours d'eau locaux à saumon. Cook Inletkeeper surveille 100 cours d'eau depuis plus d'une décennie pour documenter le réchauffement des températures d'importants cours d'eau de frai du saumon qui sont essentiels à la culture et à l'économie de l'Alaska.

«Le saumon définit qui nous sommes en tant qu'Alaskiens, et le changement climatique constitue une menace réelle et actuelle pour notre économie, notre culture et notre mode de vie.» - Bob Shavelson, Cook Inletkeeper, Homer, Alaska

Puget Soundkeeper: l'industrie des huîtres menacée par l'acidification des océans

Puget Soundkeeper Wilke et les huîtres
Photo gracieuseté de Puget Soundkeeper.

Des scientifiques du monde entier étudient l'acidification des océans dans des laboratoires depuis des décennies, et beaucoup ont suivi les écloseries de mollusques le long de la côte pacifique de Washington, où les jeunes huîtres ne parviennent désormais pas à passer d'un état de nage libre à l'organisme à coquillages que nous tous. connaître. C'est le résultat d'eaux de plus en plus caustiques dans lesquelles l'acidification des océans est plus avancée que partout ailleurs sur la planète. Dans une région où la récolte des mollusques et crustacés est une industrie de 270 millions de dollars qui emploie des milliers de personnes, c'est une grande source de préoccupation.

«Le nord-ouest du Pacifique peut en effet être le canari de la mine de charbon en ce qui concerne le changement climatique et l'acidification des océans. Des sécheresses record à la dissolution du plancton, le lien entre le climat et l'eau ne peut être ignoré. Il est grand temps que nous prenions au sérieux la réduction des émissions de carbone. Puget Soundkeeper aborde ces problèmes de deux manières: Nous travaillons avec des défenseurs locaux, y compris North Sound Baykeeper, pour arrêter ce qui serait le plus grand terminal d'exportation de charbon d'Amérique du Nord, qui traiterait 48 millions de tonnes de charbon chaque année et égalerait l'empreinte carbone de tout l'État de Washington tout en créant une énergie locale nulle. Nous travaillons également à renforcer la résilience des voies navigables locales afin de protéger le saumon, les mollusques et crustacés et contrer les menaces posées par le changement climatique et l'acidification des océans. En réduisant la pollution toxique par les eaux usées et le ruissellement des eaux pluviales polluées, les espèces locales auront de meilleures chances de survivre aux menaces climatiques croissantes. » - Chris Wilke, Puget Soundkeeper, Seattle, Washington, et membre de Waterkeeper AllianceConseil d 'administration

Fraser Riverkeeper: Perte du manteau neigeux hivernal en Colombie-Britannique

Fraser Riverkeeper_SockeyeSaumon
Photo gracieuseté de Fraser Riverkeeper.

La perte de manteau neigeux hivernal en Colombie-Britannique est une des façons dont les changements climatiques ont eu des répercussions sur le bassin versant du fleuve Fraser. Le Fraser est entraîné par la fonte des neiges, donc moins de neige sur les montagnes en hiver se traduit par des débits plus faibles et des températures de l'eau plus chaudes en été, qui font des ravages avec les montées annuelles de saumon de la rivière.

«Les températures de l'eau de 20 à 25 degrés Celsius représentent le seuil mortel pour le saumon. L'été dernier, les températures dans le corps principal du Fraser ont plané dangereusement près, à environ 19.8 degrés. Tous les indicateurs indiquent une très mauvaise remontée du saumon en raison des conditions météorologiques extrêmes de cet été, et si cette tendance se poursuit, cela pourrait être un désastre pour l'une des espèces les plus importantes du point de vue économique et écologique de la Colombie-Britannique. - Joe Daniels, Fraser Riverkeeper, Vancouver, Colombie-Britannique

AMÉRIQUE DU SUD

 

Salade Estero Waterkeeper: Guayaquil se tourne vers Paris pour la justice climatique

Plus de 12% de la population de Guayaquil, en Équateur, sur la côte pacifique de l'Amérique du Sud, vit dans la pauvreté, beaucoup dans les zones riveraines les plus vulnérables aux impacts climatiques. Ces personnes, qui souffrent déjà de malnutrition, sont désormais également confrontées aux effets les plus importants du phénomène El Niño le plus puissant prévu depuis plus d'une décennie. Guayaquil doit aligner la croissance économique sur l'équité, la justice et la protection de l'environnement. L'assainissement de l'estuaire de l'Estero Salado est une question de survie pour les pauvres qui vivent le long de ses rives. La région a besoin d'urgence d'un véritable engagement en faveur de la justice climatique qui, nous l'espérons, est l'un des résultats de l'accord de Paris.

«El Niño frappera tout le pays de l'Équateur et frappera le plus durement les pauvres. Les pauvres vivant sur les rives de l'estuaire de l'Estero Salado ont été forcés de s'installer là où les zones humides servaient autrefois de tampons naturels. Guayaquil n'est pas prête pour les événements météorologiques extrêmes aggravés par le changement climatique. »- Daniel Ortega, Estero Salado Waterkeeper, Guayaquil, Équateur

Río Mapacho Waterkeeper: Regarder notre neige et notre eau disparaître

Río Mapacho Waterkeeper-Pérou
Photo gracieuseté de Rio Mapacho Waterkeeper.

Les habitants du Pérou regardent de plus en plus chaque année leurs montagnes couvertes de neige, alors que les sources d'eau naturelles dans les montagnes qui leur fournissent de l'eau potable propre s'assèchent. Rio Mapacho Waterkeeper plaide pour une action visant à protéger ces sources pendant une période de moins de pluie et de terres plus sèches qui présage un avenir incertain dans lequel la migration vers des zones avec un meilleur accès à l'eau sera nécessaire. La stratégie nationale du Pérou est l'atténuation par la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l'adaptation pour réduire la vulnérabilité aux événements météorologiques extrêmes. Le pays est responsable de seulement 4% des émissions mondiales, mais est l'un des plus touchés par le changement climatique. Au cours d'un match de football de 90 minutes, la forêt amazonienne perd l'équivalent de 43 terrains de football de superficie forestière et les glaciers ont diminué de 30% au cours des 25 dernières années. Certaines études estiment que dans 40 ans, le Pérou n'aura plus que 60% de l'eau dont il dispose aujourd'hui en raison d'une mauvaise utilisation de l'eau et de la fonte des glaciers.

«Je me souviens que lorsque j'étais jeune, les montagnes étaient toujours couvertes de neige et nous allions jouer dans la neige. Maintenant, pour atteindre la neige, il faut voyager beaucoup plus loin. Bientôt, il n'y en aura peut-être plus. - Ronald Catpo, Rio Mapacho Waterkeeper, Cusco, Pérou

L'EUROPE

 

London Waterkeeper: Marées montantes

Londres-Waterkeeper- photo
Photo gracieuseté de Londres Waterkeeper.

Avec une grande partie de la ville de Londres située juste au-dessus du niveau de la mer, 1.25 million de personnes sont menacées par les marées montantes. De plus, Londres a passé une grande partie de la dernière génération à se rendre involontairement plus exposée au changement climatique et aux événements météorologiques extrêmes. Des espaces verts représentant 22 fois la taille de Hyde Park ont ​​été pavés, augmentant les risques d'inondations.

«Londres doit protéger et restaurer ses espaces verts pour rendre la ville plus résiliente au changement climatique et aux événements météorologiques extrêmes. Londres Waterkeeper plaide en faveur d'une stratégie globale d'infrastructure verte et souligne à la fois la perte importante d'espaces verts au cours des 25 dernières années et la nécessité de projets de modernisation dans les zones urbaines pour compenser son revêtement. Londres WaterkeeperLa campagne «New York 1, Londres 0» fait une comparaison directe avec les efforts déployés à New York et à quel point Londres est loin derrière. La campagne présente les solutions nécessaires via les médias sociaux, des conférences et le lobbying de la mairie. »- Theo Thomas, Londres Waterkeeper, Royaume-Uni