Guayllabamba Waterkeeper et la pratique communautaire ancestrale de Mingas - Waterkeeper

Guayllabamba Waterkeeper et la pratique communautaire ancestrale de Mingas

Écrit par: Waterkeeper Alliance

Guayllabamba Waterkeeper
Guayllabamba Waterkeeper

Saviez-vous que depuis de nombreuses générations dans les communautés indigènes des hautes terres équatoriennes, lorsque l'eau d'irrigation fait défaut, tout le monde est appelé à construire des canaux et qu'au moment des semailles ou des récoltes, les membres de la communauté se réunissent pour travailler la terre et que, est-ce ainsi qu'ils agissent habituellement?

C'est ce que nous appelons « minga » en Équateur, un système de travail communautaire solidaire, présent sous différents noms dans d'autres pays de la région latino-américaine. C'est une manière de répondre collectivement aux exigences d'une communauté, dans laquelle chacun, s'en sentant partie, apporte ses compétences et ses capacités.

Mais qu'est-ce qui les fait travailler collectivement, au lieu d'efforts individuels face à leurs propres problèmes ? La réponse réside dans un fort sentiment de communauté, qui leur permet de comprendre que toute difficulté interne affectera nécessairement l'ensemble.

Il ne s'agit pas d'actions rémunérées mais volontaires, menées par solidarité sans aucune reconnaissance économique. C'est très différent du « travail d'équipe » appliqué dans nos entreprises, où les objectifs ne viennent pas toujours de leurs employés mais plutôt de l'employeur, ajoutés à une intention claire de profit.

C'est une forme de travail collectif qui tient compte de la cyclicité des circonstances, car si à un certain moment le besoin d'un membre de la communauté est satisfait, dans les occasions suivantes, ceux des autres seront satisfaits.

C'est ainsi que naît ce sens de solidarité fraternelle, d'action volontaire, réciproque et complémentaire entre ses membres, constituant un aspect essentiel pour la vie et le développement de la communauté, puisque les mingas sont des célébrations authentiques, où le travail devient une fête à laquelle chacun participe.

Cette même idée, aujourd'hui, Guayllabamba Waterkeeper s'applique avec grand succès pour l'entretien et la protection du bassin supérieur de la rivière Guayllabamba, en particulier dans l'un de ses principaux affluents, la rivière San Pedro.

Depuis quelques années, notre organisation dirige une série de mingas pour le nettoyage des plages des rivières et la restauration des ravins dans différentes zones du district métropolitain de Quito.

Pendant le temps de la pandémie, ces activités ont été suspendues et ont repris fin 2021. Depuis lors, nous avons réalisé cinq autres interventions, chacune avec sa propre caractéristique et sa propre portée, mais toutes avec un grand impact.

Sur Novembre 21st. 2021, nous sommes retournés sur le terrain après presque deux ans d'absence à cause du COVID-19. Nous l'avons fait avec des masques car la réglementation sanitaire l'exigeait. Nous avons attiré environ 80 bénévoles qui ont collecté environ 600 kg de déchets sur les plages de la rivière San Pedro.

Notre prochaine minga a eu lieu le 20 marsth. 2022 comme une célébration de Journée mondiale de l'eau, à laquelle ont participé quelque 150 bénévoles d'organismes citoyens, de collèges et d'universités, d'entreprises publiques et privées, ainsi qu'un bon nombre de personnes engagées dans l'entraide des rivières.

Le dimanche de juin 5th, nous avons de nouveau appelé une minga dans le même Parque Los Algarrobos, où nous travaillions depuis fin 2021, dans la paroisse de Cumbayá, à 30 minutes de Quito, lieu où notre bureau opère également depuis l'émergence de la pandémie. Il a eu lieu pendant Journée mondiale de l'environnement, et nous avons été rejoints par environ 200 personnes.

Août 7th était notre quatrième minga depuis que nous sommes retournés sur le terrain et, comme lors d'occasions précédentes, plusieurs événements parallèles ont été organisés aux activités de nettoyage telles que la cérémonie d'accueil à la rivière, des visites écologiques, de la musique et des activités ludiques pour les enfants, ainsi que des activités environnementales. stands d'éducation. Au total, environ 250 bénévoles étaient présents.

Le dimanche 22 octobrend nous avons célébré notre cinquième minga, qui cette fois avait une caractéristique très particulière, puisqu'il s'agissait d'une activité œcuménique à laquelle participaient des catholiques et des chrétiens, ainsi que des membres du Green Sabbath Project et des jeunes de la communauté juive, ainsi que des personnes de l'église luthérienne, les gens de la confession hindoue Brahma Kumaris et les praticiens des traditions andines. Ensemble, ils ont béni la rivière, puis nous avons tous travaillé en minga.

Nous étions plus de 150 personnes et nous avons ramassé environ 1Tonne de déchets, comme ce qui a été ramassé dans chacune des mingas précédentes, toujours surpris par la quantité de vêtements et de plastique retrouvés.

Bref, c'est ainsi que s'est passée notre année 2022. Nous avons commencé 2023 avec de nouveaux défis comme une minga régionale en Amérique latine, mais nous vous en parlerons dans notre prochain blog.

Guayllabamba Waterkeeper est en mesure de faire ce genre de travail important grâce à de généreux dons.