La menace des déchets de porcs et de volailles en Caroline du Nord s'est aggravée depuis l'ouragan Florence - Waterkeeper

La menace des déchets de porc et de volaille en Caroline du Nord s'est aggravée depuis l'ouragan Florence

Écrit par: Waterkeeper Alliance

Les opérations de viande industrielle de la Caroline du Nord représentent une menace environnementale plus grande aujourd'hui qu'elles ne l'étaient lorsque l'ouragan Florence a frappé l'État en 2018. intensité et gravité des tempêtes tropicales et des ouragans.

L'industrie avicole de l'État s'est développée de manière incontrôlée, sans autorisation et sans interdiction de construire dans la plaine inondable de l'État. Le 538 millions les poulets et les dindes élevés en Caroline du Nord chaque année produisent 5 millions de tonnes de déchets.

La litière de volaille est transportée par camion vers les terres cultivées, où elle est épandue comme engrais. Les règles de l'État autorisent la propagation de la litière de volaille jusqu'à ce qu'il commence à pleuvoir, même s'il y a des avertissements ou des veilles de tempête du National Weather Service.

L'État n'a racheté aucune exploitation porcine industrielle depuis l'ouragan Florence. L'industrie, qui augmente 8.7 millions porcs en Caroline du Nord chaque année, stocke ses déchets dans des fosses à ciel ouvert. Chacun des 3,500 3.1 fosses à porcs ouvertes de Caroline du Nord contient environ XNUMX millions de gallons de déchets.

Les fosses ont été construites pour durer de 10 à 20 ans; la plupart ont maintenant largement dépassé cet âge. Une fosse a échoué en juin, déversant 3 millions de gallons de déchets de porc dans un ruisseau voisin, après une deux pouces les pluies.

Après avoir été stockés dans des fosses à ciel ouvert, les déchets de porc sont pulvérisés sur les terres cultivées à proximité. Permis régissant ces opérations ont été modifiés en 2019 pour tripler la durée de pulvérisation de déchets autorisée après une veille ou un avertissement en cas de tempête.

Un aperçu de la menace des déchets de la Caroline du Nord:

  • Il y a 43 installations porcines dans la plaine d'inondation de 500 ans de l'État et 32 ​​dans la plaine d'inondation de 100 ans de l'État, selon les données du groupe de travail sur l'environnement.
  • Il y a 74 installations avicoles dans la plaine d'inondation de 500 ans et 41 dans la plaine d'inondation de 100 ans, selon les données du Groupe de travail sur l'environnement.
  • L'ouragan Florence tué 5,500 des porcs de l'État.
  • A Propos de nous 4.1 millions des poulets ou des dindes se sont noyés ou sont morts de faim après l'ouragan Florence. La Caroline du Nord a dépensé 11 millions de dollars pour composter des oiseaux morts ou les envoyer dans des décharges.
  • La localisation de ces opérations est une question de justice environnementale. Les communautés entourant les exploitations de porcs industriels sont compris de manière disproportionnée des Noirs, des Latinos et des Indiens d'Amérique. Par exemple, les trois comtés avec la plus forte croissance de la volaille dans l'État sont principalement des Noirs, des Indiens d'Amérique et des Latino-américains. Le comté unique avec la plus forte croissance de la volaille a également la plus forte proportion d'Indiens d'Amérique dans l'État.
  • L'État a racheté 42 usines porcines dans la plaine inondable centenaire après l'ouragan Floyd. Il a racheté trois opérations à la suite de l'ouragan Matthew. Il n'a racheté aucune exploitation porcine depuis l'ouragan Florence.
  • 91 exploitations porcines, 125 fosses à déchets porcins et 125 exploitations avicoles étaient situées dans des zones inondées après l'ouragan Matthew et l'ouragan Florence

«Un puisard a échoué en juin, déversant plus de 3 millions de gallons de déchets de porc dans nos eaux», a déclaré Kemp Burdette, de Cape Fear. Riverkeeper. «Le puisard a échoué après seulement deux pouces de pluie - seulement deux pouces. Ces puisards n'appartiennent pas au chemin des ouragans plus forts et plus fréquents. »

«La croissance massive des exploitations avicoles dans le bassin versant de la rivière Lumber au cours des deux dernières années a été dévastatrice», a déclaré Jefferson Currie II, le Lumber Riverkeeper et un membre de la tribu Lumbee de Caroline du Nord, dont la plupart vivent dans le comté de Robeson. «Tout cela est aggravé par le fait que bon nombre de ces activités concentrées d’alimentation animale se trouvent dans des plaines inondables, ce qui expose les communautés autochtones vulnérables à un risque encore plus grand. L'État connaît le risque que ces opérations présentent pour la santé du bassin versant de la rivière Lumber et des communautés locales; Pourtant, il continue de permettre l'ouverture de nouvelles exploitations avicoles dans une zone que nous savons tous régulièrement inondée. »

«Nous avons vu des tempêtes de plus en plus fréquentes et violentes», a déclaré Will Hendrick, avocat principal chez Waterkeeper Alliance. «Pourtant, nos dirigeants, ignorant l’histoire récente et les projections scientifiques, affaiblissent les protections existantes et rejettent les appels à des solutions technologiques.»

**Image(s): Le CAFO a été inondé lors de l'ouragan Florence, le 17 septembre 2018; Photo par Rick Dove, Waterkeeper Alliance